Les Maisons de Tallard : permettez moi ...

Lors de la rédaction d'articles pour le ZOOM, nous utilisons communément le "nous" car nous sommes APF et chacun d'entre nous est APF... Mais cette fois, permettez-moi le "je". Le « je » pour expliquer de nouveau, prendre position et donner un sentiment.

 

Sans doute que par le passé, APF France handicap à mal communiqué ou que certains n’ont pas voulu entendre. Pourquoi ? Les raisons sont multiples : les directions successives, l'affection et le plaisir de nos acteurs de se retrouver en terrasse, manger une raclette, les réunions du groupe SEP...

 

Si la réalité est difficile à accepter (ce qui me semble compréhensible), elle est pourtant simple. Les biens donnés de son vivant par madame B. ont tous été vendus, les liquidités consommées, sauf les maisons de Tallard. Son vœu était que « de son vivant, les maisons soient mises à disposition du Foyer Albert Borel". Ce principe a été respecté et a perduré pendant plusieurs années. Le Foyer n'ayant plus l'utilité des deux maisons, et APF France handicap ne pouvant plus économiquement assumer ce lieu à perte, il a été décidé de vendre.

 

J'entends ici et là que nous n'avons pas le droit de vendre ... Pensez-vous sincèrement que notre association prendrait ce risque ? Dans ma petite carrière APFienne, j'ai dû refuser à trois reprises des propositions de dons de biens au décès de leur testateur. Nous parlons de plusieurs millions d'Euros. Pourquoi par mon intermédiaire, APF France handicap a décidé de refuser ? Pour une seule et même raison : nous ne pouvions respecter les exigences testamentaires. Et oui, notre association a une éthique, même si j'ai eu du mal à comprendre... Mais non, nous ne pouvions pas nous engager à ce que le fils "de" soit résident APF toute sa vie, nous ne pouvions garantir qu'une structure médico-sociale pour enfants ne soit créée du vivant du testateur, des coûts de projets trop importants...

 

Pour finir, sur ce qui a été dit à plusieurs reprises, notre association est dans son droit et plus que vous le croyez. Un PLU plus favorable nous permettrait de vendre avec un gain plus favorable mais quel est l'objectif ? Gagner énormément d'argent ou ne plus en perdre ?

 

L'année dernière, certaine discussions ou articles de presse m’ont profondément blessé et à mon sens rejoignent les attentes du nouveau projet associatif APF. Prendre part aux débats de société. Certains n'étaient pas embêtés que nous nous séparions du bien mais plus que celui-ci soit acquis par un CER (Centre d’Education Renforcé). Rendez vous compte ! « Une prison, des jeunes délinquants à Tallard ! ». Ce sont les mêmes personnes qui souhaitent plus d'autoroutes ou de prisons mais surtout pas dans leur jardin ! Plutôt ailleurs, loin de leurs regards ... il reste de la place sur nos océans pollués ou sur la Lune.

 

Cédrik CAROTTE,

Directeur Territorial des Actions Associatives

 

Écrire un commentaire

Optionnel